• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La reconnaissance du travail des infirmières

La reconnaissance du travail des infirmières  - Victor Gonzales

Hier soir je suis allé visiter ma tante à l’hôpital. Elle a été opéré pour une tumeur au cerveau. Tout s’est bien passé, mais on s’inquiète quand même beaucoup. Sur son étage tout semblait très calme mais je n’en reviens pas encore de tout le travail que font ces infirmières qui, comme des abeilles, bourdonnent tout autour le sourire aux lèvres distribuant un mot d’encourageant à chacun de leurs patients, vérifiant leurs signes vitaux, les perfusions, posant des questions sur leurs douleurs, retapant un oreiller. Je n’y ai rencontré que du personnel très gentil. On me dira que certaines infirmières sont parfois bêtes et raides même mais moi je leur lève mon chapeau ! Ces filles et ces garçons (car il y en a de plus en plus) font quelques années d’études en soins infirmiers pour apprendre leur métier, se tapent des horaire de fous, de longues heures à s’occuper des patients pas souvent très patients, voire même exécrables parfois, et les médecins qui passent en coup de vent. Une ambiance pas toujours agréable, des conditions de travail qui peuvent être par moments difficiles, du stress, beaucoup de responsabilités, peu de reconnaissance, ça de quoi être vraiment épuisant ! Pas étonnant que le taux de burnout soit si élevé et qu’on se retrouve aujourd’hui avec une pénurie d’infirmiers-ères ! Concilier travail, couple et famille doit être aussi très difficile quand tes horaires de travail sont de soir ou de nuit, ou pire une rotation des trois quarts (jour-soir-nuit) et que tu travailles une fin de semaine sur deux, que t’as congé un Noël sur 5 quand tu as assez d’ancienneté et que les seules vacances qu’on t’accorde sont les deux dernières de janvier. Parfois elles consultent les postes d’emplois infirmières ou infirmiers en région éloignée ou au privée espérant que leur quotidien soit plus facile à gérer et leur salaire bonifié mais cela reste une vocation surtout pour eux. Alors la prochaine fois que vous visitez quelqu’un à l’hôpital ou que vous vous y retrouviez hospitalisé, n’oubliez pas de leur dire ce simple mot avec un sourire : MERCI !

 

The author:

author

Bonjour je me prénomme Victor et je suis un mordu du monde des affaires et depuis quelques années déjà par la technologie. Père avant tout et marié avec une femme formidable, je siège sur plusieurs conseils d’administration et je coache plusieurs jeunes loups en affaire. J’ai un bonheur immense à partager mes connaissances et à apprendre d’une nouvelle génération très dynamique.